Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De la nécessité de juger un jour, les petits juges de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo

24 Décembre 2012 , Rédigé par Pedro Enrique Calamto

De la nécessité de juger un jour, les petits juges de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo

Trop, c'est trop! Les Équato-Guinéens sont de plus en plus écœurés devant le cynisme et la corruption des petits juges politiques du clan Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. Ces individus malhonnêtes, sans foi ni loi, sont à l'image de leur sinistre maître: des criminels et des vauriens. Depuis que le dictateur est au pouvoir, l'on a vu ces petits juges qui mangent dans la gamelle du PDGE, envoyer de nombreux compatriotes dans les geôles surchauffés du régime illégitime sur ordre de leur maître, le tyran sanguinaire.

Ces énergumènes qui ont troqué leur serment contre l'argent sale de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo squattent toute la hiérarchie du système judiciaire: Cour d'Appel, Cour Suprême, procureurs, etc.

Au nom donc de la politique du ventre, ces vils individus ont choisi le camp de la dictature. Leur train de vie insolent n'a rien à voir avec celui du fonctionnaire Équato-Guinéen. Quand ils sont malades, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo les expédie en France ou aux États-unis aux frais du peuple que ces salauds piétinent impunément.

Ils sont toujours prompts à expédier les opposants qui dénoncent les méfaits de la dictature en prison ainsi que de nombreux démocrates. Ceux qui ont eu la chance de leur échapper sont sur les âpres routes de l'exil pendant que ces juges pourris, sablent le champagne tout en collectionnant maîtresses et amantes grâce à l'argent facile de l'assassin Teodoro Obiang Nguema Mbasogo.

Pourquoi ces petits juges véreux n'ont-ils pas le courage d'arrêter les soudards et autres officiers sacs au dos de l’armée prétorienne et tribaliste? Qui peut oublier leur forfaiture dans les emprisonnements arbitraires des démocrates, opposants à la dictature et tant d'autres?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article